20 mars 2007

Lapin à la tournaisienne



Depuis que je me suis remise à manger du lapin, je ne me lasse pas de le cuisiner (João, qui aime beaucoup ça, ne s'en plaint pas...). Forcément, un jour ou l'autre, il fallait bien que je teste la célèbre recette belge de lapin aux pruneaux. J'ai déniché cette délicieuse version ici, chez Supertoinette.

Ingrédients pour 4 personnes

- 25 g de beurre
- 1 cuillère à soupe d'huile
- 1 lapin coupé en morceaux
- 300 g d'oignons coupés en fines demi-lunes
- sel & poivre
- 15 g de sucre
- eau
- 12 pruneaux dénoyautés
- 50 g de raisins secs
- 40 g de vinaigre
- 1 brin de thym
- 1 feuille de laurier

Préparation

Mettre les pruneaux et les raisins secs dans un bol. Couvrir d'eau et faire chauffer au micro-ondes pendant 1 minute. Égoutter et réserver.

Faire chauffer le beurre avec l'huile dans une cocotte. Ajouter les morceaux de lapin et les faire blondir sur toutes les faces. Ajouter les demi-lunes d'oignon et faire dorer, en remuant de temps en temps.

Saler et poivrer. Saupoudrer avec le sucre, couvrir d'eau et mélanger. Ajouter les pruneaux, les raisins secs, le vinaigre, le thym et le laurier.

Couvrir et laisser mijoter à feu doux pendant environ 50-60 minutes. Rectifier l'assaisonnement et servir aussitôt, avec des pommes de terre simplement cuites à la vapeur ou sautées.

16 commentaires:

  1. Chouette, je suis la première. Ta recette est très alléchante Les pruneaux doivent donner un goût assez doux en bouche. J'aime beaucoup ce mélange.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai jamais testé cette association mais tu m'y encorages !

    RépondreSupprimer
  3. chouette ,je cherchais une recette de lapin !je crois que je vais craquer sur celle ci! bizz

    RépondreSupprimer
  4. Les pruneaux dans la sauce, ce doit être tout à fait délicieux !
    Bonne fin de soirée
    Hélène

    RépondreSupprimer
  5. La recette du lapin pruneaux belge, sur le blog d'Elvira! C'est une bien belle et bonne surprise... merci! En Belge indigne je ne l'ai jamais réalisée, tu me donnes envie d'essayer très vite

    RépondreSupprimer
  6. Ah Elvira... me faz pensar em meu gato Felichou. Nao posso comer (snif). Je prendrais bien un peu de soupe aux pois chiches... il en reste? (c'est comme les grenouilles, d'ailleurs... peux pas m'empêcher de les voir sauter partout). Mais montre-moi un escargot et là, je cours... après! Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  7. J'aime beaucoup, LUI moins, hélas !

    RépondreSupprimer
  8. je n'ai jamais eu la chance de goûter le lapin ainsi préparé! qu'est ce que j'aimerais être à la place de Joao parfois!

    RépondreSupprimer
  9. Souvenirs d'enfance! Ton lapin aux pruneaux prend soudain des allures de madeleine de Proust! C'est vrai que c'est simplement délicieux. Merci de l'avoir remis au goût des blogs!

    RépondreSupprimer
  10. hmmm, tu m donnes envie de manger du lapin!

    RépondreSupprimer
  11. Je ne mange pas souvent de lapin (pauvre petite bête...), mais je reconnais qu'avec du pruneau c'est excellent!

    RépondreSupprimer
  12. Je ne savais pas que c'était belge, cette recette! On en mangeait souvent chez ma grand-mère...

    RépondreSupprimer
  13. une bien jolie recette qui donne faim. J'adore le lapin !!!

    RépondreSupprimer
  14. c'est fait !et en plus c'est délicieux! bizz

    RépondreSupprimer
  15. et bien, en tant que tournaisien, je ne m'attendais pas a trouver cette recette sur un magnifique blog portuguais ! Petit quart d'heure culturel, cette recette est en fait une tres vielle tradition tournaisienne. A Tournai, pou bin fair' cell' fiête, l'ceu qui n'a pos d'lapin n'a rien !'
    A Tournai, pour bien faire cette fête, celui qui n'a pas de lapin n'a rien !

    C'est le lundi qui suit le 6 janvier (date de l'Epiphanie) que les tournaisiens fêtent le Lundi Parjuré aussi appelé le Lundi Perdu.
    Cette tradition se perd tellement loin dans le temps, qu'on ne sait plus précisement de quel parjure il s'agit, si ce n'est que la plus ancienne trace écrite remonte au XIIIème siècle.
    Par contre, l'autre appellation, le Lundi Perdu, vient du fait que pour célébrer la journée, le travail était arrêté, c'était donc une journée perdue pour le travail.

    Aujourd'hui, la tradition se perpétue et on mange ce jour-là le fameux lapin du Lundi Perdu. Pour bien respecter la tradition, la cuisson du lapin se fait toujours à l'eau et jamais à la bière, ni au vin,même si c'est meilleur! N'oublions pas qu'il s'agit d'un plat de pauvres à l'origine.

    Le lapin va mijoter, guernoter doucement en patois tournaisien. Il sera cuit quand la viande se détache des os mais le lapin ne doit pas se démêler. On ajoute les pruneaux et les raisins que l'on fait gonfler préalablement dans l'eau bouillante. On le sert avec des pommes de terre vapeur et jamais avec des frites ou croquettes. On peut le manger en buvant du vin.

    En début de repas, on tire les 'billets des Rois', afin d'attribuer à chaque convive un rôle déterminé, dont celui de 'Roi'. A signaler que chaque fois que le roi boit, les convives doivent boire aussi...

    RépondreSupprimer

Mettez votre grain de sel !