24 février 2007

Je suis ce que je mange


Les creuses de Pont-Aven, Londinsky

Il y a quelques jours, la délicieuse Sophie m'a invitée à répondre à ce questionnaire qui tourne depuis déjà un moment de blog en blog. Mes réponses...

Si vous étiez coincé sur une île pour le reste de votre vie, et que vous ne pouviez choisir qu’une seule cuisine (française, italienne…), laquelle adopteriez-vous? Pourquoi?
J'aurais beaucoup de mal à choisir, car j'aime les gastronomies de tous les continents. Mais ce serait la cuisine méditerranéenne, parce qu'elle regorge de poissons et fruits de mer frais, d'aromates parfumés, de légumes ensoleillés...

Quel est l’aliment ou le plat le plus inhabituel que vous ayiez goûté?
Des fleurs et feuilles de papaye sautées. C'est atrocement amer, même bien cuisiné! On nous en faisait manger tous les jours, lorsque nous vivions en Asie, parce que cela protégeait de la malaria, paraît-il... Beurk!

Quel est l’aliment ou le plat le plus inhabituel que vous ayiez goûté et aimé?
De l'oreille de porc en salade. Je vous le concède: il faut être portugais ou espagnol pour aimer ça...

Quels aliments évitez vous de manger (que ce soit à cause d’allergies, d’un régime alimentaire précis ou juste parce que vous n’aimez pas)?
Je suis terriblement malade à chaque fois que je mange des huîtres (quel dommage: j'adorais ça, les huîtres) ou quelque chose à base d'oeuf cru ou mal cuit (mayonnaise fraîche, tartare de boeuf, pâtes carbonara...). Je fuis donc ces aliments comme la peste...!

Est-ce que vous cuisinez?
L'auteur de ce questionnaire est un petit marrant...

Quel est le plat que vous préparez lorsque vous souhaiter impressionner?
Je ne cuisine jamais pour impressionner. Seulement pour faire plaisir à ceux que j'aime.

Lorsque vous allez au restaurant, quels plats préférez-vous choisir?
Ceux que je n'ai pas l'habitude de cuisiner à la maison. J'aime me laisser surprendre...

Au restaurant, avez-vous déjà demandé à ce que l’on vous change un plat ou un vin?
Cela m'est arrivé deux fois: la première, parce qu'une petite chenille - très mignonne au demeurant - se promenait dans ma salade... La deuxième fois, j'ai trouvé un long cheveu dans une omelette. Pouah!

Combien de livres de cuisine possédez-vous?
Entre ceux qui sont restés à Paris (mais qui devraient prendre la direction du Portugal dans peu de temps) et ceux que j'ai achetés entretemps, une trentaine. J'ai surtout une grosse collection de magazines culinaires en plusieurs langues.

Quel est l’aliment dont vous ne pourriez vous passer?
L'huile d'olive.

Je passe à présent la main à Jane, Océane et Myda. Si elles souhaitent répondre, bien sûr.

13 commentaires:

  1. Et bien voilà qui aide un peu à connaître la mythique Tasca... dont j'ai vu les premières recettes sur blog appétit il n'y a que peu de temps...
    Oreilles de porc ? Moi je goûterai bien. Quelle est la texture ?

    RépondreSupprimer
  2. Merci de ta visite, Tiuscha! :-)

    L'oreille de porc, c'est légèrement croustillant, à cause du cartilage... Bien cuite, vinaigrée et persillée, j'adore! ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Comme je suis curieuse, je suis ravie d'en connaître encore un peu plus.

    RépondreSupprimer
  4. Trés sympa tes reponses comme d hab !!! Du coup je suis vite allée voir ta salade d'oreiles hummmmmmmm...

    Bisous à vous deux

    RépondreSupprimer
  5. Merci Elvira d''avoir répondu à l'invitation. Je ne savais meêm pas que l'on pouvait manger des feuilles de papaye. Quant à l'oreille de cochon, si j'ai l'occasion, je goûterai bien pour voir !

    RépondreSupprimer
  6. ha maintenant on connais un peu plus sur toi!

    RépondreSupprimer
  7. brigitounette24/02/2007 20:21

    les fleurs de papaye ?? les petites jaunes ? ici ce sont les saïmiri qui les adorent, doivent pas aimer le sucré/salé ces petits singes :-))
    oh! ouiiiii, ma Jane va nous étonner avec les réponses !!

    RépondreSupprimer
  8. Ce tableau est d'une finesse et d'une sobriété. Magnifique! Les oreilles de porc? mas o meno, muito obrigada! Talvez uma proxima vez! :-D

    RépondreSupprimer
  9. Percebe porque é que eu cozinho sempre, mas sempre, de rabo de cavalo?
    A orelhilha de porco para mim não dá. O meu pai andou durante 32 anos {depois "pifou"} a tentar convencer-me que era uma delícia. Claro que sempre fui mais teimosa que ele, o que, como dizia a minha mãe que ainda não "pifou" era obra.

    RépondreSupprimer
  10. Je dois avoir vraiment avoir des atome crochus avec la péninsule, car je suis un inconditionnel des oreilles de porc, laquées chez les chinois, grillées au four au milieu d'une tentation de Saint-Antoine (avec en plus la queue et le pied), ou mises en salade, un peu à la manière du museau.
    Quand j'ai vu ce célèbre Londisky en exergue de ce billet, je me suis demandé si tu avais trouvé la parade à ton allergie...

    RépondreSupprimer
  11. Les oreilles de cochon, j'ai goûté, et j'ai détesté !!! Ils étaient pourtant bien cuisinés mais ce côté croquant et cartilagineux m'a un peu rebuté ;) Mais il faut tous les goûts dans la nature !

    RépondreSupprimer
  12. coucou
    merci de l invitation
    je vais essayer d y répondre dans la semaine...
    a plus tard

    RépondreSupprimer
  13. mission accomplie avec plasir
    bises
    http://mydablog.canalblog.com/archives/2007/03/06/4222588.html

    RépondreSupprimer

Mettez votre grain de sel !