19 décembre 2006

Aumonières de cailles aux pleurottes



C'est João, mon cordeu bleu de mari, qui a réalisé cette succulente recette il y a quelques temps déjà. Il n'a pas toujours le temps de cuisiner, mais quand il s'y met, il fait bien les choses! Un plat joli et raffiné, parfait pour les fêtes qui approchent...

Ingrédients pour 4 personnes

- 4 cailles
- huile
- 500 g de pleurottes
- 300 g de lardons fumés
- 200 g d'oignons
- 1 belle carotte
- 1/2 bouteille de vin rouge
- 1 bouquet garni
- sel & poivre du moulin
- 1 verre à liqueur de madère
- 2 cuillères à café de fécule de maïs
- 4 crèpes
- brins de ciboulette

Préparation

Éplucher les légumes. Couper l'oignon en fines lamelles et la carotte en bâtonnets. Bien nettoyer les pleurottes en ayant soin d'éliminer les pieds terreux. Emincer les champignons. Réserver.

Faire dorer les cailles de tous les côtés dans une cocotte, avec un peu d'huile. Ôter les cailles de la cocotte et éliminer un peu de matière grasse.

Mettre les champignons émincés, les lamelles d'oignon, les bâtonnets de carotte et les lardons dans la cocotte. Remuer afin de bien imprégner les ingrédients du suc de la viande. Mouiller avec le vin rouge et un peu d'eau.

Remettre les cailles dans la cocotte. Ajouter le bouquet garni. Saler et poivrer. Couvrir et laisser mijoter à feu très doux pendant 2 heures, jusqu'à ce que la chair des cailles se détache des os.

Pendant ce temps, préparer des crèpes fines comme expliqué ici.

Retirer les cailles de la cocotte. Éliminer les os et effiler la chair. Répartir les cailles effilées, les lardons et les pleurottes sur 4 crèpes. Former des aumonières et les fermer à l'aide des brins de ciboulette. Réserver au chaud.

Éliminer le bouquet garni de la cocotte. Déglacer la sauce avec le madère et l'épaissir en y délayant la fécule de maïs à l'aide d'un fouet.

Verser la sauce dans les assiettes. Poser les aumonières sur la sauce et servir aussitôt, avec des pommes grenailles sautées.

17 commentaires:

  1. Deux choix aujourd'hui pour les cailles..merci

    RépondreSupprimer
  2. Tu en as de la chance d'avoir un mari qui fait d'aussi jolis plats!

    RépondreSupprimer
  3. Que sorte ter um João cheio de talento. Mas sempre ouvi dizer que a sorte merece-se.

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de finir de manger, mais là j'ai denouveau faim, devant cette recette! Enfin non, ça doit plutôt être de la gourmandise - il y a de quoi! :)

    RépondreSupprimer
  5. olà agora estou no bom sitio para comentar, adoro o teu blog,mas que privilégio ter um chef de cozinha em casa!!Bjokas

    RépondreSupprimer
  6. Moi j'adore quand nos hommes cuisinent, même si c'est rare, ils prennent leur temps et nous délectent à chaque fois avec des choses délicieuses :) !

    RépondreSupprimer
  7. o que é "des pommes grenailles sautées"??Bjokas.

    RépondreSupprimer
  8. Batinhas daquelas pequenas salteadas com a pele, Paula. :-)

    Também tenho um blogue de culinária em português: http://elvirabistrot.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  9. João a beaucoup de talents, veinarde !
    devant tous ces plats plus festifs les uns que les autres j'enfile mon maillot et direction aquagym sous le soleil et les cocotiers :-))
    nooon, tape pas....
    besos

    RépondreSupprimer
  10. Félicitations au mari, et merci de nous faire partager cette recette!

    RépondreSupprimer
  11. Bravo à Joao! Peut-être que le mien me ferait d'aussi bonnes choses si je lui laissait l'accès à la cuisine?

    RépondreSupprimer
  12. Bien souvent quand ils se donnent la pein; les hommes cuisinent très bien et sont très inventifs! j'adore ceette recette et je félicite Joao!

    RépondreSupprimer
  13. Félicitations à ton mari, Elvira.
    Le mien a beaucoup de talents mais pas celui là ! loll !
    Nos esprits se sont rencontrés aujourd'hui dans la publication de nos recettes. J'essaierai la tienne (ou plutôt celle de Jao) à la prochaine occasion.
    Amitiés
    MICHELE

    RépondreSupprimer
  14. Félicitations à ton cordon bleu de mari !

    RépondreSupprimer
  15. Ouh là Joao, tout ce que j'aime. Elvira garde le bien, c'est précieux un homme comme ça :)

    RépondreSupprimer
  16. C'est vraiment trop bon chez toi. Comme Gracianne, tu as trop de bol d'avoir un chéri sachant se servir d'une casserole.

    RépondreSupprimer

Mettez votre grain de sel !